MoboReader> Literature > Les vies encloses

   Chapter 48 No.48

Les vies encloses By Georges Rodenbach Characters: 1527

Updated: 2017-11-30 00:04


Comme tout est changé de par la maladie

Dans la maison qui prend un air religieux;

Elle semble plus vide, elle semble agrandie,

Il s'y répand un silence contagieux

Dont le plus léger bruit blesse la neige vierge.

Vie en songe! voici que s'embrument les pas,

Et les voix mêmement s'embrument, parlent bas;

Le malade est l'hostie où tout l'encens converge.

Quel mystère est latent? Quel rite s'accomplit

Pour qu'un respect d'autel environne le lit?

Tout subit par degrés la mystique influence:

Comme par un vitrail, le jour se dénuance;

Un étranger, il semble (est-ce l'ange gardien

Soudain visible?), habite à présent la demeure,

Comme pour prémunir du danger qu'on y meure,

Et la maison craintive a pris un air chrétien

.

Or on s'améliore, on s'épure soi-même

Par la sorte d'ennoblissement propagé;

On se sent devenir autre, le coeur changé;

Il flotte en la demeure un parfum de saint chrême;

Déjà les passions, à leur tour, parlent bas;

Même le juste amour interrompt ses ébats;

On se semble, à présent, vivre dans une église.

Le malade appara?t grave et sacerdotal,

L'air d'avoir avec Dieu quelque entretien mental.

Car le Silence enfin en lui se réalise!

Il est celui qui fait taire les bruits humains

Et les transsubstantie en imposant les mains;

Il est l'essence et la substance du Silence;

Il en est la Victime et le Prêtre à la fois;

C'est un Saint Sacrifice aussi que la souffrance…

La maison entend Dieu qui descend à sa voix!

Free to Download MoboReader
(← Keyboard shortcut) Previous Contents (Keyboard shortcut →)
 Novels To Read Online Free

Scan the QR code to download MoboReader app.

Back to Top

shares