MoboReader> Literature > Les vies encloses

   Chapter 43 No.43

Les vies encloses By Georges Rodenbach Characters: 1756

Updated: 2017-11-30 00:04


Le malade pensif est si loin de la vie

Et pour ses yeux la vie autrement signifie;

Comme tout s'est fané soudain, et quel recul!

Il voit dans leur aspect d'éternité les choses.

était-ce bien la peine alors d'aimer les roses?

Et comme tout, vraiment presque tout, semble nul!

Il est si loin, si par delà le paysage;

Si haut, comme monté sur un clocher sans age,

Comme enfin parvenu parmi de vierges monts.

Ah! qu'il prend en pitié tout ce que nous nommons

Nos passions, nos buts, nos devoirs, nos mobiles;

Que les arbres, en bas, lui paraissent débiles!

L'amour? Frivole jeu! Vain espoir d'être aimé!

Vouloir toujours dans son ame le temps de mai!

Comme on s'acharne après cette folle chimère

De se sentir, avec un autre, congénère,

De ne plus être seul, ni deux, mais un enfin…

Rêve illusoire! On est deux miroirs face à face

Se renvoyant quelques reflets à leur surface…

Ah! s'être, f?t-ce un jour, réalisé divin!

Avoir enclos l'éternité dans des minutes!

Mais c'était se vouer à d'impossibles luttes,

Car on ne peut pas faire avec deux corps un coeur,

On n'entre pas de force ainsi dans le bonheur!

Vanité que tous ces essais de bucolique,

Ces fièvres, ces baisers, ces brèves pamoisons,

D'où l'on sort vide et vraiment trop mélancolique.

Quant aux quotidiens conquérants de toisons,

Futile aussi, leur appétit de renommée.

(La gloire? écrire un peu son nom dans la fumée!)

Ah! combien vains tous ces ambitieux cabrés

Pour être les chevaux vainqueurs dans la revue.

Est-ce la peine aussi? Vaut-il qu'on s'évertue

Vers des arcs de triomphe aussit?t délabrés?

L'orgueil, l'amour, autant d'inutiles trophées

Dont se faire un moment des tombes attifées.

Free to Download MoboReader
(← Keyboard shortcut) Previous Contents (Keyboard shortcut →)
 Novels To Read Online Free

Scan the QR code to download MoboReader app.

Back to Top

shares