MoboReader> Literature > Les vies encloses

   Chapter 20 No.20

Les vies encloses By Georges Rodenbach Characters: 1153

Updated: 2017-11-30 00:04


Aux heures de soir morne où l'on voudrait mourir,

Où l'on se sent le coeur trop seul, l'ame trop lasse,

Quel rafra?chissement de se voir dans la glace!

Eau calme du miroir impossible à tarir;

On y s'oublie[2]; on y dérive; on y recule…

Oh! s'en aller dans le miroir réfrigérant

Périr un peu comme en une eau de crépuscule,

Une eau stagnante, une eau sans but et sans courant

Où le visage nu sombre à la même place.

On se poursuit soi-même, on se cherche, on se perd

Dans le recul, dans la profondeur de la glace;

On s'y découvre encor, mais co

mme recouvert

D'une eau vaste et sans fin, à peine transparente,

Qui fait que l'on se voit, mais pale et tout changé:

Visage qu'on aura malade ou très agé,

Visage tout simplifié qui s'apparente,

Silencieux, avec celui qu'on aura mort…

Le soir de plus en plus en submerge l'image

Et l'enfonce comme une lune qui surnage,

Et l'affaiblit comme les sons mourants d'un cor.

Visage en fuite et que toute l'ombre macule,

Visage qui déjà se semble avoir fini

D'aller jusqu'à l'enlizement[3] dans l'infini.

? ce jeu du miroir où soi-même on s'annule!

Free to Download MoboReader
(← Keyboard shortcut) Previous Contents (Keyboard shortcut →)
 Novels To Read Online Free

Scan the QR code to download MoboReader app.

Back to Top

shares