MoboReader> Literature > Les vies encloses

   Chapter 18 No.18

Les vies encloses By Georges Rodenbach Characters: 1689

Updated: 2017-11-30 00:04


On est toujours enfant par la crainte du soir!

C'est l'heure grise et l'heure en deuil qui terrorise…

L'ame s'y sent plus désertée et plus déprise,

Et l'élude un moment dans l'éclat du miroir;

Mais l'ombre s'accumule et tout nous décolore,

Cygne sur l'eau que peu à peu l'ombre incorpore…

Or, n'est-ce pas déjà comme apprendre à mourir

Que se perdre soi-même ainsi, sans qu'on le sente,

Dans cette ombre d'instant en instant grandissante?

Mourir, c'est se chercher en se voyant s'enfuir

Et s'en aller au fond d'une ombre où l'on surnage,

Obscurité de Dieu dont le soir est l'image!

Quotidien émoi du retour de la nuit

Qui suggère la mort, parce qu'elle est complice

De cette cueillaison d'une ame comme un fruit…

Chacun sait son emb?che, et que la mort s'y glisse!

Aussi, dans l'ombre accrue, a-t

-on des peurs d'enfant;

Car on sent, parmi ces crêpes, la mort qui rampe…

Qu'on allume la lampe! Ah! vite, un peu de lampe

Qui nous libère des ténèbres étoffant

La chambre pour en faire une chapelle ardente!

On est pris d'une angoisse et comme dans l'attente;

Un péril imminent nous menace à coup s?r;

Quelque lueur suprême expire au long du mur;

Voici l'ombre qui, dans la chambre, s'acclimate!

Ah! pour s'en prémunir et se sauver encor,

Vite la lampe, encor qu'elle ait l'air d'un stigmate,

Et rouvre dans l'air vide une blessure d'or.

On échappe dès lors au morne crépuscule,

Que la lampe, de son feu fidèle, a vaincu;

Rassuré par ce clair de lampe contigu,

On écoute les bruits que le soir articule

Par la fenêtre ouverte un peu, vivante un peu,

Et les vagues rumeurs dernières du jour feu.

Free to Download MoboReader
(← Keyboard shortcut) Previous Contents (Keyboard shortcut →)
 Novels To Read Online Free

Scan the QR code to download MoboReader app.

Back to Top

shares