MoboReader> Literature > Les vies encloses

   Chapter 14 No.14

Les vies encloses By Georges Rodenbach Characters: 1115

Updated: 2017-11-30 00:04


La chambre triste et lasse est enfin résignée

Et s'abandonne au soir qui, sournois, s'insinue:

La chambre a l'air plus grande, a l'air aussi plus nue;

L'ombre a tissé ses fils de toile d'araignée

Dans les angles, d'abord plus obscurs, du plafond.

Elle fane les étoffes, elle les fonce;

Dans le miroir blêmi, les reflets se défont

Comme d'une Ophélie en larmes qui s'enfonce;

Et les plis des rideaux ressemblent aux ornières

Très profondes des vieux chemins d'un vieux pays.

Le soir s'amasse, ayant la crainte des lumières,

Au

tour du lustre et des lampes, surtout ha?s,

Qui méditent déjà de faire saigner l'Ombre.

Tout s'élague dans les ténèbres grandissantes;

Un bouquet riait là, mais il s'efface et sombre

Et, dans l'obscurité, les fleurs sont comme absentes;

Les bronzes nus ont des gestes découragés;

Les vieux portraits d'a?euls, ceux des a?eules feues,

S'assombrissent, ont des visages plus agés,

Et du crêpe a couvert leurs fanfreluches bleues.

La chambre est tout entière en proie au soir; et c'est

Comme si tout à coup la chambre vieillissait.

Free to Download MoboReader
(← Keyboard shortcut) Previous Contents (Keyboard shortcut →)
 Novels To Read Online Free

Scan the QR code to download MoboReader app.

Back to Top

shares