MoboReader> Literature > Les vies encloses

   Chapter 3 No.3

Les vies encloses By Georges Rodenbach Characters: 1296

Updated: 2017-11-30 00:04


Ophélie a laissé sombrer à pic ses nattes

Qui se sont peu à peu tout à fait dénouées;

Ses yeux ouverts sur l'eau sont comme deux stigmates;

Ses mains pales sont si tristement échouées;

Pourtant elle sourit, sentant sur son épaule

Ruisseler tout à coup sa chevelure immense,

Qui la fait ressembler au mirage d'un saule.

?Suis-je ou ne suis-je pas?? a songé sa démence…

Les cheveux d'Ophélie envahissent l'eau grise,

Tumulte inextricable où sa tête s'est prise;

Est-ce le lin d'un champ, est-ce sa chevelure,

L'embrouillamini vert qui rouit autour d'elle?

Ophélie étonnée a taché de conclure:

?Suis-je ou ne sui

s-je pas??, songe-t-elle, fidèle

Au souvenir des mots d'Hamlet, seigneur volage.

Ses cheveux maintenant se nouent comme un feuillage

Qui jusqu'au bout de l'eau, sans fin, se ramifie.

Ophélie est trop morte, elle se liquéfie…

Les bagues ont quitté ses mains devenant nulles;

Ses derniers pleurs à la surface font des bulles;

Ses beaux yeux, délogés des chairs qui sont finies,

Survivent seuls, au fond, comme deux actinies.

Et ses cheveux verdis, dont la masse persiste

Dans les herbes aquatiques qui leur ressemblent,

Sont si dénaturés d'avoir trempé qu'ils semblent

Un fouillis végétal issu de cette eau triste.

Free to Download MoboReader
(← Keyboard shortcut) Previous Contents (Keyboard shortcut →)
 Novels To Read Online Free

Scan the QR code to download MoboReader app.

Back to Top

shares