MoboReader > Literature > Les douze nouvelles nouvelles

   Chapter 8 No.8

Les douze nouvelles nouvelles By Arsene Houssaye Characters: 3275

Updated: 2017-11-30 00:03


Jusqu'à onze heures, Janina, comme un roseau au vent, s'inclinait tour à tour sous la volonté et l'indécision, se disant: ?Je n'irai pas,? quand elle était décidée à tenter l'aventure; se disant: ?J'irai,? quand elle avait renoncé à tout.

Ce qui la décida, co?te que co?te, vaille que vaille, c'est que son mari ne rentra pas pour d?ner. Il lui écrivit un mot qui la gla?a.

Comme il aspirait à un secrétariat d'ambassade, il lui parlait du ministre.

-Encore un mensonge! dit-elle en jetant la lettre au feu. Le ministre, c'est sa ma?tresse; eh bien! je serai son ministre, moi!

La Faramineuse demeurait rue Royale, dans un petit appartement qui était une première station vers les splendeurs de la vie de courtisane. Jusque-là elle avait eu plus de dettes que de rentes sur l'état. Son capital se composait de cinquante mille francs de diamants, d'un mobilier de toutes les paroisses et d'un tempérament de soupeuse. Pas une obole de plus!

Janina fut presque surprise de trouver cet intérieur quelque peu mélancolique.

-Comment, murmura-t-elle en entrant, il se pla?t mieux sur ce fumier que dans mon nid de dentelles!

Elle jeta ses yeux partout, avec la curiosité d'une grande dame chez une courtisane. Elle commen?a par déchirer une photographie de son mari, à la glace de la cheminée. Presque aussit?t, en feuilletant un roman de cuisinière, elle trouva comme signet une autre photographie. On pourrait croire que c'était celle de M. Alphonse, placée à la bonne page. Pas du tout. C'était le portrait d'un prince Rio, qui aime toutes les compagnies-même les mauvaises.

La Faramineuse se servait de cette photogr

aphie en guise de coupe-papier.

Janina reconnut le prince. Elle le rencontrait dans le monde. Elle constata une fois de plus qu'il ressemblait à son mari.

Cependant, l'heure allait sonner. La jeune femme, de plus en plus pale, entendait battre son coeur. Il lui semblait qu'elle allait mourir. Elle tomba agenouillée et demanda pardon à Dieu.

Quand elle se releva, le hasard la mit en présence d'une bouteille de fine champagne. Pour se donner du courage, elle fit comme ces comédiennes qui ont peur à leur entrée en scène: elle but à pleine volée.

Je ne sais si le courage lui vint plus tard, mais la fine champagne ne l'empêcha pas de s'écrier:

-Quoi! c'est moi, moi Janina de R., qui vais me mettre dans ce lit!

Elle avait reconnu, d'ailleurs, que la Faramineuse lui avait donné luxe du beau linge. Caroline Bertin, en la quittant, avait acheté au Louvre une magnifique paire de draps brodés au plumetis avec une couronne de princesse.

Ce n'était pas une vaine dépense: cela lui servirait pour les grands jours. Mais au moins la princesse en aurait la virginité!

A peine déshabillée, Janina s'écria: ?Jamais!? Un peu plus, elle remettait sa robe.

Mais elle entendit du bruit. Il fallait franchir le Rubicon.

Elle éteignit les deux bougies du candélabre, elle les jeta dans la cheminée et se nicha dans le lit, où elle fit semblant de dormir.

La Faramineuse lui avait dit que son amant la surprenait toujours endormie.

La porte s'ouvrit.

-Lui! murmura Janina. O mon Dieu, faites-nous mourir tous les deux.

A ce moment, la femme de chambre répétait encore au nouveau venu sa le?on-bien apprise.

(← Keyboard shortcut) Previous Contents (Keyboard shortcut →)
 Novels To Read Online Free

Scan the QR code to download MoboReader app.

Back to Top

shares