MoboReader > Literature > Le loup blanc

   Chapter 6 6

Le loup blanc By Paul Feval Characters: 7729

Updated: 2017-11-30 00:02


Le voyage

La dernière voix que Nicolas Treml entendit sur ses domaines fut celle de Jean Blanc, dont le chant mélancolique le saluait au départ comme un mena?ant augure. Il fallut au vieux gentilhomme toute sa force d'ame et cette obstination qui est le propre du caractère breton pour vaincre les tristesses qui vinrent assaillir son coeur.

Il repoussa loin de lui l'image de Georges et continua sa route.

Il ne voulait point que l'on conn?t son itinéraire, car, après avoir fait deux lieues dans la direction du Couesnon et de la mer, il revint brusquement sur ses pas, tourna Vitré dont la noire citadelle absorbait les rayons du soleil de midi, et gagna le chemin de Laval, en laissant sur sa droite les belles prairies où serpente le ruisseau qui s'appelle déjà la Vilaine.

Entre Laval et Vitré, un peu au-dessous du bourg d'Ernée, qui joua, quatre-vingts ans plus tard, un grand r?le dans les guerres de la chouannerie, s'élevaient, sur un petit tertre, deux tron?ons de poteaux dont les têtes avaient été coupées.

Ces deux poteaux se dressaient à six toises l'un de l'autre, séparés par deux tranchées entre lesquelles on voyait encore les débris vermoulus d'une barrière.

Nicolas Treml arrêta son cheval et se découvrit. Jude Leker l'imita.

-Quelques pas encore, dit M. de La Tremlays, et nous serons sur la terre ennemie, la terre de France. Pendant que nos pieds touchent encore le sol de la patrie, il nous faut dire un Ave à Notre-Dame de Mi-Forêt.

Tous deux récitèrent l'oraison latine.

-Autrefois, reprit le vieux gentilhomme, ces poteaux avaient une tête. Celui-ci portait l'écusson d'hermine timbré d'une couronne ducale. L'autre portait d'azur à trois fleurs de lis d'or. De ce c?té-ci de la barrière il y avait un homme d'armes breton; de l'autre, un homme d'armes fran?ais. Les soldats se regardaient en face; les emblèmes se dressaient fièrement à longueur de lance: Dreux et Valois étaient égaux.

-C'était un glorieux temps, monsieur Nicolas! soupira Jude.

-Dreux n'est plus, continua Treml dont la voix tremblait, et la Bretagne est une province fran?aise. Mais Dieu est juste; il rendra mon bras fort. Marchons!

Ils franchirent l'ancienne limite des deux états et continuèrent leur route en silence.

Le voyage fut long. Ils virent d'abord Laval, ancien fief de La

Trémoille; Mayenne, qui donna son nom au plus gros des ligueurs;

Alen?on, qui fut l'apanage des fils de France.

Dans chacune de ces villes ils s'arrêtaient le temps de faire reposer leurs chevaux. Puis ils repartaient en hate.

-Où allons-nous? se demandait parfois Jude Leker.

Mais il ne faisait point cette question tout haut. S'il plaisait à Nicolas Treml de taire le but de ce voyage, ce n'était point à lui, Jude, qu'il appartenait de surprendre ce secret.

Son incertitude ne devait pas durer longtemps désormais. Ils traversèrent Mortagne, puis Verneuil, puis Dreux, et, le matin du sixième jour, ils franchirent la grille dorée du parc de Versailles.

Versailles était abandonné déjà, mais ses blancs perrons de marbre avaient encore le brillant éclat des jours de sa gloire.

Statues, colonnades, urnes antiques et riches frontons gardaient leur splendeur du dernier règne. Il y avait si peu de temps que durait le veuvage de la cité royale! Le sable des allées ne conservait-il pas encore les traces des mules de satin et des hauts talons vermillonnés?

N'y avait-il pas encore des fleurs dans les vases, des strophes gravées sur l'écorce des arbres, des jets de cristal dans la bouche souriante des na?ades de bronze?

Hélas! le veuvage a continué trop longtemps; les fleurs se sont flétries; bronzes et marbres ont pris l'austère beauté des oeuvres d'un autre age; il n'y a plus ni chants, ni joies. C'est au passé qu'il faut dire avec le poète, pleurant les grandeurs de la monarchie:

Oh! que Versa

illes était superbe

Dans ces jours purs de tout affront,

Où les prospérités en gerbe

S'épanouissaient sur son front!

Là tout faste était sans mesure,

Là chaque arbre avait sa parure,

Là chaque homme avait sa dorure;

Tout du ma?tre suivait la loi

Comme au même but vont cent routes,

Là les grandeurs abondaient toutes:

L'Olympe ne pendait aux vo?tes

Que pour compléter le grand roi.

Nicolas Treml et son écuyer n'étaient point gens, il faut le dire, à s'occuper beaucoup de sculptures ou de jets d'eau. Ils jetèrent chemin faisant un regard distrait sur tous ces dieux de pierre qui souriaient, jouaient de la fl?te ou dansaient couronnés de raisins, puis ils passèrent.

Après avoir marché quelques heures encore, ils trouvèrent la

Seine.

-Paris est-il encore bien loin? demanda Nicolas Treml à un bourgeois qui, monté sur son bidet, tenait le bas de la chaussée.

Le bourgeois se retourna et tendit son bras vers l'est. M. de La

Tremlays, suivant ce geste, aper?ut à l'horizon un point lumineux.

C'était l'or tout neuf du d?me des Invalides qui lui renvoyait les

rayons du soleil levant.

-Courage, ami! dit-il à Jude, voici le terme de notre pèlerinage.

Jude répondit:

-C'est bien.

Si les chevaux avaient su parler, ils auraient sans doute manifesté leur satisfaction d'une manière plus explicite.

En entrant dans la ville, Nicolas Treml se fit indiquer le palais du régent et piqua des deux pour y arriver plus vite. Une sorte de fièvre semblait s'être emparée de lui. Jude le suivait pas à pas. La figure du bon serviteur trahissait cette fois une curiosité puissante. Par le fait, que pouvait vouloir au régent M. de La Tremlays?

Ce dernier descendit de cheval à la porte du Palais-Royal. Il voulut entrer; les valets lui barrèrent le passage.

-Allez dire à Philippe d'Orléans, dit-il, que Nicolas Treml veut l'entretenir.

Les valets regardèrent le costume gothique du vieux gentilhomme qui disparaissait littéralement sous une épaisse couche de poussière, et tournèrent le dos en éclatant de rire.

Le plus courtois d'entre eux répondit du bout des lèvres:

-S. A. R. est à son chateau de Villers-Cotterets.

M. de La Tremlays se remit en selle.

-Quelqu'un de vous, dit-il, veut-il me conduire à ce chateau?

La livrée du régent redoubla ses rires dédaigneux.

-Mon brave homme, s'écria-t-on, les gens de votre sorte ne sont point admis au chateau de Villers-Cotterets.

-C'est le paysan du Danube! chuchota un valet de pied.

-C'est plut?t, répliqua un coureur, le Juif errant qui aura volé sur sa route un domestique et une haridelle!

-C'est don Quichotte!

-C'est M. de La Palisse!

Jude mit la main sur la garde de son épée, mais son ma?tre le retint d'un geste et tourna bride: l'insulte qui vient de trop bas s'arrête en chemin et n'est point entendue.

M. de La Tremlays fit halte dans une h?tellerie qui portait pour enseigne les armes de Bretagne. Sans prendre le temps de se débotter, il manda le ma?tre et lui ordonna de trouver un guide qui p?t le conduire sur l'heure à Villers-Cotterets.

L'étonnement de Jude était au comble. Sa curiosité, refoulée, l'étouffait. Enfin, n'y pouvant plus tenir, il prit la parole.

-Monsieur Nicolas, dit-il timidement, vous avez donc grand désir de voir ce Philippe d'Orléans?

-Tu me le demandes! s'écria Nicolas Treml avec énergie.

Cette réponse porta la surprise de Jude au-delà de toutes bornes.

-Que je meure! murmura-t-il en se parlant à lui-même, si je sais ce que notre monsieur peut vouloir au régent!

Nicolas Treml entendit, saisit le bras de son écuyer et dit:

-Je veux le tuer!

Jude se reprocha de n'avoir point deviné une chose si naturelle.

-à la bonne heure! dit-il; c'est bien.

Et il reprit sa tranquillité habituelle.

à ce moment, l'h?te reparut avec un guide.

(← Keyboard shortcut) Previous Contents (Keyboard shortcut →)
 Novels To Read Online Free

Scan the QR code to download MoboReader app.

Back to Top

shares