MoboReader > Literature > Le loup blanc

   Chapter 3 3

Le loup blanc By Paul Feval Characters: 13355

Updated: 2017-11-30 00:02


Le dép?t

Nicolas Treml ne dormit point cette nuit-là. Le lendemain, avant le jour, il entendit dans la cour le pas du cheval de Jude. Presque au même instant la porte de sa chambre s'ouvrit et Hervé de Vaunoy parut sur le seuil. Ma?tre Hervé n'avait plus cet air humble et craintif dont nous l'avons vu s'affubler en entrant au chateau pour la première fois. Son sourire s'épanouissait maintenant, joyeux, sur sa lèvre. Il portait le front haut et affectait les dehors d'une franchise brusque, à peine tempérée par le respect.

-Saint-Dieu! dit-il en arrivant, vous êtes matinal, monsieur mon très cher cousin. J'étais encore à mon premier somme lorsqu'on est venu me réveiller de votre part…

Il s'arrêta tout à coup en apercevant le sévère et pale visage de Nicolas Treml, dont l'oeil per?ant tombait d'aplomb sur son oeil et semblait vouloir descendre jusqu'au fond de sa conscience.

-Qu'y a-t-il? murmura-t-il avec un involontaire effroi.

Nicolas Treml lui montra du doigt un siège; il s'assit.

-Hervé, dit le vieux gentilhomme d'une voix lente et tristement accentuée, quand Dieu m'a repris mon fils, vous étiez un pauvre homme faible, vous souteniez une lutte inégale contre moi qui suis fort. Vous alliez être écrasé…

-Vous avez été généreux, mon noble cousin, interrompit Vaunoy qui se sentait venir une vague inquiétude.

-Serez-vous reconnaissant? reprit le vieillard.

Vaunoy se leva et lui saisit la main qu'il porta vivement à ses lèvres.

-Saint-Dieu! monsieur, s'écria-t-il, je suis à vous corps et ame!

Nicolas Treml fut quelque temps avant de reprendre la parole. Son regard ne se détachait point de Vaunoy.

-Je crois, dit-il enfin; je veux vous croire. Aussi bien, il n'est plus temps d'hésiter; ma résolution est prise. écoutez.

M. de La Tremlays s'assit auprès de Vaunoy et poursuivit:

-Je vais partir pour ne point revenir peut-être… ne m'interrompez pas… Ma route sera longue, et au bout de la route je trouverai un ab?me. La Providence protège-t-elle encore le pays breton? Mon espoir est faible, et ma ferme croyance est que je vais à la mort.

-à la mort? répéta Vaunoy sans comprendre.

-à la mort! s'écria le vieillard dont un soudain enthousiasme illumina le visage; n'avez-vous jamais désiré mourir pour la Bretagne, vous monsieur de Vaunoy?

-Saint-Dieu! mon cousin il est à croire que cette idée a pu me venir une fois ou l'autre, répondit Hervé à tout hasard.

-Mourir pour la Bretagne! mourir pour une mère opprimée, monsieur, n'est-ce pas là le devoir d'un gentilhomme et d'un Breton?

-Si fait, ah! Saint-Dieu, je crois bien! mais…

-Le temps presse, interrompit Nicolas Treml, et mon projet n'est point d'entrer dans d'inutiles explications. Quand je ne serai plus là, Georges aura besoin d'un appui.

-Je lui en servirai.

-D'un père…

-Ne vous dois-je pas la reconnaissance d'un fils? déclama pathétiquement Vaunoy.

-Vous l'aimez bien, n'est-ce pas, Hervé, ce pauvre enfant que je vous lègue? Vous lui apprendrez à aimer la Bretagne, à détester l'étranger. Vous me remplacerez.

Vaunoy fit le geste d'essuyer une larme.

-Oui, reprit le vieillard en refoulant son émotion au-dedans de lui-même, vous êtes bon et loyal, j'ai confiance en vous et ma dernière heure sera tranquille.

Il se leva, traversa la salle d'un pas ferme et ouvrit un meuble scellé à ses armes.

-Voici un acte olographe, continua-t-il, que j'ai rédigé cette nuit, et qui vous confère la pleine propriété de tous les domaines de Treml.

Vaunoy sauta sur son siège. Ses yeux éblouis virent des millions d'étincelles. Tout son sang se précipita vers sa joue. M. de La Tremlays, occupé à déplier le parchemin, ne prit point garde à ce mouvement de trop franche allégresse.

Il continua.

-Sans vous mettre dans mon secret, qui appartient à la Bretagne, je puis vous dire que mon entreprise m'expose à une accusation de lèse-majesté. Ce crime, car ils nomment cela un crime! entra?ne non seulement la mort, mais la confiscation de tous les biens de l'accusé. Il faut que l'héritage de Georges Treml soit à l'abri de cette chance, et je vous ai choisi pour dépositaire de la fortune de mon petit-fils.

Vaunoy n'eut point la force de répondre, tant sa cervelle était bouleversée par cet événement inattendu. Il mit seulement la main sur son coeur et darda au plafond son regard hypocrite.

-Acceptez-vous? demanda Nicolas Treml.

-Si j'accepte! s'écria Vaunoy retrouvant à propos la parole. Ah! mon cousin, voici donc venue l'occasion de vous témoigner ma gratitude. Si j'accepte! Saint-Dieu! vous me le demandez!

Il prit à deux mains celles du vieillard.

-Merci, merci, mon noble cousin! continua-t-il avec effusion; je prends le ciel à témoin que votre confiance est bien placée!

Loup, le chien favori de M. de La Tremlays, interrompit à ce moment Vaunoy par un grognement sourd et prolongé. Ensuite il quitta le coussin où il avait passé la nuit et vint se placer entre son ma?tre et Hervé, sur lequel il fixa ses yeux fauves.

Vaunoy recula instinctivement.

-Loup et Jean Blanc! pensa le vieillard qui n'était pas pour rien breton de bonne race et gardait au fond de son coeur cette corde qui vibre si aisément dans les poitrines armoricaines, la superstition. C'est singulier! le chien et l'innocent se rencontrent pour détester monsieur mon cousin!

Il hésita un instant, et fut tenté peut-être de serrer le parchemin, mais la voix de ce qu'il appelait son devoir le poussait en avant. Il écarta du pied Loup avec rudesse et remit l'acte entre les mains de Vaunoy.

-Dieu vous voit, dit-il, et Dieu punit les tra?tres. Vous voici souverain ma?tre de la destinée de Treml.

Le chien, comme s'il e?t compris ce que ces paroles avaient de solennel, s'affaissa sur son coussin en hurlant plaintivement.

-Et maintenant, monsieur de Vaunoy, reprit Nicolas Treml, non par défiance de vous, mais parce que tout homme est mortel et que vous pourriez quitter ce monde sans avoir le temps de vous reconna?tre, je vous demande une garantie.

-Tout ce que vous voudrez mon cousin.

-écrivez donc, dit le vieillard en lui désignant la table où l'attendaient encore plume et parchemins.

Vaunoy s'assit, Treml dicta:

?Moi, Hervé de Vaunoy, je m'engage à remettre le domaine de La Tremlays, celui de Bou?xis-en-Forêt et leurs dépendances à tout descendant direct de Nicolas Treml qui me présentera cet écrit…?

-Monsieur mon cousin, interrompit Vaunoy, ceci pourrait donner des armes au fisc. Si vous êtes condamné coupable de lèse-majesté, cet acte sera naturellement suspect.

-écrivez toujours, ordonna Nicolas Treml.

Et il continua à dicter.

?… Cet écrit, acco

mpagné de la somme de cent mille livres, prix de la vente desdits domaines et dépendances.?

-Comme cela, monsieur, reprit le vieillard, le fisc n'aura rien à reprendre. Cent mille livres forment un prix sérieux quoique bien au-dessous de la valeur des domaines.

Vaunoy demeura pensif. Au bout de quelques secondes, il déplia le parchemin que lui avait remis d'abord M. de La Tremlays. C'était un acte de vente en due forme. La ligne de ses sourcils, qui s'était légèrement plissée, se détendit tout à coup à cette vue.

-Allons, dit-il, tout est pour le mieux, puisque telle est votre volonté. Dieu m'est témoin que je souhaite du fond du coeur que ces paperasses deviennent bient?t inutiles par votre heureux retour.

-Souhaitez-le, mon cousin, dit le vieillard en hochant la tête, mais ne l'espérez pas. Veuillez signer et parapher votre engagement.

Vaunoy signa et parapha. Puis chacun des deux cousins mit son parchemin dans sa poche.

-Je pense, reprit Vaunoy après un long silence pendant lequel Nicolas Treml s'était replongé dans sa rêverie, je pense que ces préparatifs n'annoncent point un départ subit?

Il pensait tout le contraire et ne se trompait point.

Sa voix éveilla en sursaut M. de La Tremlays qui se leva, repoussa violemment son siège et passa la main sur son front avec une sorte d'égarement.

-Il est temps, murmura-t-il d'une voix étouffée, vous m'avez rappelé mon devoir. Je vais partir.

-Déjà!

-On m'attend, et je suis en retard. Allez, Vaunoy, faites seller mon cheval. Je vais dire adieu à la maison de mon père et embrasser pour la dernière fois l'enfant de mon fils.

Vaunoy baissa la tête avec toutes les marques extérieures d'une sincère affliction et gagna les écuries.

Nicolas Treml ceignit la grande épée de ses a?eux, vaillant acier damassé par la rouille et qui avait fendu plus d'un crane anglais au temps des guerres nationales. Il couvrit ses épaules d'un manteau et posa son feutre sur les mèches de ses cheveux blancs.

Entre sa chambre et la retraite où reposait Georges, son petit-fils, se trouvait le grand salon d'apparat. C'était une vaste salle aux lambris de chêne noir sculptés, dont les panneaux étaient séparés par des colonnettes en demi-relief à corniches dorées.

Dans chaque panneau pendait un portrait de famille au-dessus duquel était peint un écusson à quartiers.

Nicolas Treml traversa cette salle d'un pas lent et pénible. Son visage portait l'empreinte d'une austère douleur. Il s'arrêta devant les derniers portraits qui étaient ceux de son père et de sa mère défunts et se mit à genoux.

-Adieu, madame ma mère, murmura-t-il; adieu, mon respecté père.

Je vais mourir comme vous avez vécu, pour la Bretagne!

Comme il se relevait, un rayon de soleil levant, per?ant les vitraux de la salle, fit scintiller les dorures et mit un reflet de vie sur tous ces raides visages de chevaliers. On e?t dit que les nobles dames souriaient et respiraient le séculaire parfum de leur inévitable bouquet de roses; on e?t dit que les fiers seigneurs mettaient, plus superbes, leurs poings gantés de buffle sur leurs hanches bardées de fer, en écoutant la voix de ce Breton qui parlait encore de mourir pour la Bretagne.

Avant de quitter la salle, Nicolas Treml se découvrit et salua les vingt générations d'a?eux qui applaudissaient à son sacrifice.

Le petit Georges dormait, mais ce sommeil matinal était léger. Le contact de la bouche de son a?eul suffit pour clore son rêve. Il s'éveilla dans un charmant sourire et jeta ses bras autour du cou du vieillard.

M. de La Tremlays avait dit adieu sans faiblir aux images vénérées de ses ancêtres, mais il n'en fut pas ainsi à la vue de cet enfant, seul espoir de sa race, qui allait être orphelin et qui souriait doucement comme à l'aurore d'un jour de bonheur.

-Que Dieu te protège, mon cher fils, murmura-t-il, pendant qu'une larme furtive mouillait le bord de sa paupière; qu'il fasse de toi un gentilhomme. Puisses-tu ressembler à tes pères, qui étaient pieux, vaillants-et libres!

Il déposa un dernier baiser sur le front de l'enfant et s'enfuit parce que l'émotion brisait son courage.

Dans la cour, Hervé de Vaunoy tenait le cheval sellé par la bride. Ce modèle des cousins voulut à toute force faire la conduite à M. de La Tremlays jusqu'au bout de son avenue. Quant à Loup, on fut obligé de le mettre à la cha?ne pour l'empêcher de suivre son ma?tre.

Au bout de l'avenue, M. de La Tremlays arrêta son cheval et tendit la main à Vaunoy.

-Retournez au chateau, dit-il; nul ne doit savoir où se dirigent mes pas.

-Adieu donc, monsieur mon excellent ami! sanglota Vaunoy. Mon coeur se fend à prononcer ces tristes paroles.

-Adieu! dit brusquement le vieillard. Souvenez-vous de vos promesses et priez pour moi.

Il piqua des deux. Le galop de son cheval s'étouffa bient?t sur la mousse de la forêt.

Hervé de Vaunoy, resté seul, garda pendant quelques instants son visage contristé, puis il frappa bruyamment ses mains l'une contre l'autre en éclatant de rire.

-Saint-Dieu! dit-il, on m'a donné place en un petit coin, j'avais talent et bonne volonté, tout le reste y a passé. Bon voyage, monsieur mon digne parent! soyez tranquille! nous accomplirons pour le mieux nos promesses, et vos domaines iront en bonnes mains!

Il rentra au chateau la tête haute et le feutre sur l'oreille. En passant près de Loup, il frappa rudement le pauvre chien du pommeau de son épée en disant:

-Ainsi traiterai-je quiconque ne pliera point devant moi. Ce jour-là, les serviteurs de Treml oublièrent de chanter les joyeux no?ls à la veillée. Il y avait autour du chateau comme une atmosphère de malheur, et chacun pressentait un événement funeste.

M. Nicolas enfila au galop les sentiers tortueux de la forêt. Au lieu de suivre les routes tracées, il s'enfon?ait comme à plaisir dans les plus épais fourrés.

à mesure qu'il avan?ait, l'aspect du paysage devenait plus sombre, la nature plus sauvage. De gigantesques ronces s'élan?aient d'arbre en arbre comme les lianes des forêts vierges du Nouveau Monde.

?à et là, au milieu de quelque clairière où croissaient la bruyère, l'ajonc et l'aride genêt, une misérable cabane fumait et animait le tableau d'une vie mélancolique.

Après une demi-lieue faite à franc étrier, le vieux gentilhomme fut obligé de ralentir sa course. La forêt devenait réellement impraticable. Il attacha son cheval au tronc d'un chêne près duquel paissait déjà la monture de son écuyer Jude, qui ne devait pas être loin, et se fraya un passage dans le taillis.

Quelques minutes après, il rejoignait son fidèle serviteur, qui l'attendait, assis sur le coffret de fer.

(← Keyboard shortcut) Previous Contents (Keyboard shortcut →)
 Novels To Read Online Free

Scan the QR code to download MoboReader app.

Back to Top

shares