MoboReader> Literature > La petite roque

   Chapter 7 No.7

La petite roque By Guy de Maupassant Characters: 5105

Updated: 2017-11-30 00:04


Elle entra comme une balle qui crève une vitre, la petite marquise de Rennedon, et elle se mit à rire avant de parler, à rire aux larmes comme elle avait fait un mois plus t?t en annon?ant à son amie qu'elle avait trompé le marquis pour se venger, rien que pour se venger, et rien qu'une fois, parce qu'il était vraiment trop bête et trop jaloux.

La petite baronne de Grangerie avait jeté sur son canapé le livre qu'elle lisait et elle regardait Annette avec curiosité, riant déjà elle-même.

Enfin elle demanda:

-Qu'est-ce que tu as encore fait?

-Oh!... ma chère... ma chère.... C'est trop dr?le... trop dr?le..., figure-toi... je suis sauvée!... sauvée!... sauvée!...

-Comment, sauvée?

-Oui, sauvée!

-De quoi?

-De mon mari, ma chère, sauvée! Délivrée! libre! libre! libre!

-Comment libre? En quoi?

-En quoi? Le divorce! Oui, le divorce! Je tiens le divorce!

-Tu es divorcée?

-Non, pas encore, que tu es sotte! On ne divorce pas en trois heures! Mais j'ai des preuves... des preuves... des preuves qu'il me trompe... un flagrant délit... songe!... un flagrant délit... je le tiens....

-Oh, dis-moi ?a! Alors il te trompait?

-Oui... c'est-à-dire non... oui et non... je ne sais pas. Enfin, j'ai des preuves, c'est l'essentiel.

-Comment as-tu fait?

-Comment j'ai fait?... Voilà! Oh! j'ai été forte, rudement forte. Depuis trois mois il était devenu odieux, tout à fait odieux, brutal, grossier, despote, ignoble enfin. Je me suis dit: ?a ne peut pas durer, il me faut le divorce! Mais comment? ?a n'était pas facile. J'ai essayé de me faire battre par lui. Il n'a pas voulu. Il me contrariait du matin au soir, me for?ait à sortir quand je ne voulais pas, à rester chez moi quand je désirais d?ner en ville; il me rendait la vie insupportable d'un bout à l'autre de la semaine, mais il ne me battait pas.

Alors, j'ai taché de savoir s'il avait une ma?tresse. Oui, il en avait une, mais il prenait mille précautions pour aller chez elle. Ils étaient imprenables ensemble. Alors, devine ce que j'ai fait?

-Je ne devine pas.

-Oh! tu ne devineras jamais. J'ai prié mon frère de me procurer une photographie de cette fille.

-De la ma?tresse de ton mari?

-Oui. ?a a co?té quinze louis à Jacques, le prix d'un soir, de sept heures à minuit, d?ner compris, trois louis l'heure. Il a obtenu la photographie par dessus le marché.

-Il me semble qu'il aurait pu l'avoir à moins en usant d'une ruse quelconque et sans... sans... sans être obligé de prendre en même temps l'original.

-Oh! elle est j

olie. ?a ne déplaisait pas à Jacques. Et puis moi j'avais besoin de détails physiques sur sa taille, sur sa poitrine, sur son teint, sur mille choses enfin.

-Je ne comprends pas.

-Tu vas voir. Quand j'ai connu tout ce que je voulais savoir, je me suis rendue chez un... comment dirais-je... chez un homme d'affaires... tu sais... de ces hommes qui font des affaires de toute... de toute nature... des agents de... de... de publicité et de complicité... de ces hommes... enfin tu comprends.

-Oui, à peu près. Et tu lui as dit?

-Je lui ai dit, en lui montrant la photographie de Clarisse (elle s'appelle Clarisse): ?Monsieur, il me faut une femme de chambre qui ressemble à ?a. Je la veux jolie, élégante, fine, propre. Je la payerai ce qu'il faudra. Si ?a me co?te dix mille francs, tant pis. Je n'en aurai pas besoin plus de trois mois.?

Il avait l'air très étonné, cet homme. Il demanda: ?Madame la veut-elle irréprochable??

Je rougis, et je balbutiai: ?-Mais oui, comme probité.?

Il reprit: ?.... Et... comme m?urs?...? Je n'osai pas répondre. Je fis seulement un signe de tête qui voulait dire: non. Puis, tout à coup, je compris qu'il avait un horrible soup?on, et je m'écriai, perdant l'esprit: ?Oh! monsieur... c'est pour mon mari... qui me trompe... qui me trompe en ville... et je veux... je veux qu'il me trompe chez moi... vous comprenez... pour le surprendre...?

Alors, l'homme se mit à rire. Et je compris à son regard qu'il m'avait rendu son estime. Il me trouvait même très forte. J'aurais bien parié qu'à ce moment-là il avait envie de me serrer la main.

Il me dit: ?Dans huit jours, madame, j'aurai votre affaire. Et nous changerons de sujet s'il le faut. Je réponds du succès. Vous ne me payerez qu'après réussite. Ainsi cette photographie représente la ma?tresse de monsieur votre mari??-?Oui, monsieur.?-?Une belle personne, une fausse maigre. Et quel parfum??-Je ne comprenais pas; je répétai: ?Comment, quel parfum?? Il sourit. ?Oui, madame, le parfum est essentiel pour séduire un homme; car cela lui donne des ressouvenirs inconscients qui le disposent à l'action; le parfum établit des confusions obscures dans son esprit, le trouble et l'énerve en lui rappelant ses plaisirs. Il faudrait tacher de savoir aussi ce que monsieur votre mari a l'habitude de manger quand il d?ne avec cette dame. Vous pourriez lui servir les mêmes plats le soir où vous le pincerez. Oh! nous le tenons, madame, nous le tenons.?

Je m'en allai enchantée. J'étais tombée là vraiment sur un homme très intelligent.

* * *

Free to Download MoboReader
(← Keyboard shortcut) Previous Contents (Keyboard shortcut →)
 Novels To Read Online Free

Scan the QR code to download MoboReader app.

Back to Top

shares