MoboReader> Literature > La chasse aux lions

   Chapter 9 UN COUP D'éPERVIER

La chasse aux lions By Alfred Assollant Characters: 8507

Updated: 2017-12-04 00:03


La lionne faisait donc le tour de l'arbre, et, en faisant le tour, elle regardait tant?t Pitou, tant?t moi, et surtout nos deux ba?onnettes, dont elle connaissait la pointe pour avoir essayé celle de Pitou, et qu'elle voyait toujours tournées du c?té de son mufle roux. De temps en temps elle rognonnait comme un tonnerre qui gronderait sous terre. C'était sa manière de réflexionner.

Je dis à Pitou:

?Est-ce que ?a va durer longtemps??

Il répondit:

?Tout le temps qu'elle voudra.

-Mais j'ai faim, moi!

-Oh! moi, c'est bien différent. J'ai faim et soif.

-Alors, qu'est-ce que nous allons faire?

-Attendons. Elle a peut-être envie de d?ner, elle aussi.

-Oui, mais elle a le bourricot; ?a lui fait du pain pour trois jours.

-Pauvre bourricot!

-Pauvres nous!?

Tout à coup, Ibrahim, que nous avions oublié et qui s'était sauvé au plus haut du chêne, descendit en entendant que nous parlions du bourricot et nous dit tout bas, comme s'il avait eu peur d'être entendu de la vieille coquine:

?Avez-vous un couteau?

-Pour quoi faire?

-Vous allez voir.?

Pitou, qui est Auvergnat, a toujours son couteau dans sa poche. Il le donna à l'Arabe, qui, tout de suite, se mit à tailler une branche en forme de crochet et me souffla dans l'oreille:

?Attention! Je vois dans le panier mon épervier à pêche, nous allons rire.?

Et, pour commencer, il riait lui-même.

?Surtout, tachez d'occuper la lionne en criant et en l'appelant de tous les noms. Si j'attrape mon épervier, nous sommes sauvés, et mon pauvre Ali aussi.?

En même temps il nous expliqua son plan, qui valait mieux que celui de Trochu, je vous en réponds. Au reste, vous allez voir.

Pitou se mit à crier:

?Oh! la gueuse! oh! la coquine! Est-ce que tu ne vas pas t'en aller, vilaine bête??

Et il cracha sur elle pour lui montrer son mépris. Moi, de mon c?té, je lui criai encore plus fort un tas de choses que je ne voudrais pas répéter devant les dames, et je lui jetai des glands, dont un l'attrapa sur le nez, à l'endroit même où elle avait re?u le coup de ba?onnette. ?a la mit dans une telle rage, qu'elle essaya de grimper; mais elle ne réussit pas. Elle bondissait, elle rugissait, elle mordait le tronc du chêne. Vrai! c'était à faire trembler.

Pendant ce temps, l'Arabe se mit à siffler doucement:

?Ali! Ali!?

Le bourricot s'approcha.

Alors l'Arabe, avec son crochet, attrapa un n?ud de l'épervier qui était sur son dos, entre les deux paniers, le souleva lentement, le saisit avec la main droite en se retenant de la gauche au tronc du chêne, et l'enleva jusqu'à lui, ce qui fit tomber à terre les deux petits lionceaux, qui étaient couchés dessus. Il cria de joie: ?Allah! Allah! Allah Ahkar!? comme qui dirait dans la langue de ce sauvage: ?Dieu est vainqueur!?

Si Dieu était vainqueur, mes moyens ne me permettent pas de le savoir, mais Ibrahim était content, et nous aussi, je vous en réponds!

Son cri fit retourner la lionne, qui vit l'épervier s'enlever dans l'air comme un oiseau, et les lionceaux tomber à terre comme deux fromages mous.

?Tonnerre! qu'elle dit; mille millions de tonnerres de bombardes et d'obusiers réunis!?

Du moins, c'est ce que je compris quand elle poussa un rugissement si fort, que Pitou lui-même fut ébranlé (lui qui ne s'ébranle jamais), que l'Arabe Ibrahim se colla des deux bras au chêne comme un lièvre, et qu'Ali, le pauvre bourricot, tomba évanoui sur le rocher.

Elle devint si furieuse qu'elle bondit sur nous, malgré nos ba?onnettes, et manqua de s'embrocher toute vive. Malheureusement, c'est ma broche qu'elle rencontra, qui glissa le long de son flanc et s'enfon?a dans sa cuisse, mais sans entrer profondément, parce que la lionne recula vivement, comme vous pouvez croire, quand elle en sentit la pointe.

Elle retomba donc sur le rocher, et, ne sachant sur qui se venger, elle regarda le pauvre bourricot qui était couché à terre et qui fermait les yeux de frayeur en attendant la mort. Il soufflait (pauvre bête!) d'une fa?on terrible, n'osant pas bouger ni se défendre, pareil à un agneau qu'on vient de pendre par les pieds à un crochet de l'abattoir, et qui voit le boucher s'avancer avec son couteau.

Cette fois, il se croyait à son dernier jour, e

t même à sa dernière minute.

Mais alors l'Arabe lan?a l'épervier sur la lionne, qui allait dévorer le pauvre bourricot, et fut si adroit que du coup il la couvrit et la mit en prison tout entière. Elle, de son c?té, fut si étonnée, qu'elle voulut bondir, s'embarrassa les pattes dans le filet et tomba.

Alors l'Arabe nous cria:

?Sautez vite et tenez-la bien avec vos fusils. Je vais chercher les cartouchières.?

En effet, nous sautames à terre tous les trois. Pitou se tint debout avec son fusil sur un bout de l'épervier, moi sur l'autre bout, et nous pesions de toutes nos forces avec nos crosses pour empêcher la vilaine bête de se relever et de sauter sur nous.

Pendant ce temps, l'Arabe glissa dans le chemin, comme un éclair, et siffla le bourricot.

Le pauvre Ali, qui n'attendait plus que la mort, comprit qu'il était sauvé. Il descendit le sentier et alla rejoindre son ma?tre, qui nous cria, en riant comme un gueux d'Arbi qu'il était:

?Merci, Roumis. Portez-vous bien! Bonsoir! Qu'Allah vous assiste!?

Il sauta sur l'ane, et tous les deux, l'un sur l'autre, descendirent au galop vers la ville. ?a, c'était un tour de coquin. Il nous laissait la lionne par les pattes. Vous pensez comme c'est commode à tenir, un animal de cette force, et qui se démenait d'une fa?on si terrible, qu'à chaque mouvement elle nous faisait faire des sauts de trois pas et rugissait à faire frémir. Nous ne pouvions même pas nous servir de nos ba?onnettes, parce que nous changions de place trente fois par minute et que nos fusils ne servaient qu'à nous tenir debout. Parole d'honneur! j'avais vu le feu douze ou quinze fois, et Pitou pareillement; nous avions monté ensemble à l'assaut des villages kabyles, où ces enragés se battaient à coups de fusil, à coups de sabre, à coups de couteau, à coups de pierres, et, à moitié morts, se relevaient encore pour nous mordre aux jambes comme des chiens enragés, mais nous n'avions jamais rien vu de si épouvantable.

Je dis à Pitou:

?Tiens-toi bien, mon vieux, tiens-toi bien! Si tu laches l'épervier, nous sommes fichus!

-On se tiendra! répliqua Pitou, on se tiendra! Me prends-tu pour une moule??

Et il se tenait ferme, le gaillard! Depuis que le monde est monde, il n'y a jamais eu personne pour piger avec Pitou. Je ne vous le cache pas, ?a fait plaisir d'avoir un ami comme lui, ?a vaut mieux que trois millions placés à la Banque de France. Un fameux établissement, pourtant, et solide, à ce que je me suis laissé dire! Eh bien, Pitou était plus solide encore. Quand je l'ai à c?té de moi, coude à coude, je suis s?r de tout.

Pourtant, à force de sauter et de faire des cabrioles pour ne pas lacher l'épervier ni la lionne qui était dessous, je sentais qu'elle finirait par jeter l'un de nous deux par terre et qu'alors elle serait libre de nous étrangler, chose désagréable! Elle déchirait et rompait les n?uds de l'épervier avec les dents. A la fin, elle finit par passer sa tête à travers un grand trou et se trouva habillée de l'épervier comme une dame qui a mis son chale pour aller à la messe.

Elle était alors debout sur ses quatre pattes et rugissait de plus en plus fort en regardant du c?té des montagnes de la Kabylie. Elle avait l'air d'appeler sa famille au secours.

Ah! Dieu du ciel! Il n'aurait plus manqué que cela! voir venir à son secours son beau-père et ses beaux-frères, sans compter ses s?urs et ses cousines! Nous aurions été dans de jolis draps!

Et justement, là-bas, là-bas, dans la montagne, de l'autre c?té de la vallée, nous entendions rugir à plus d'un quart de lieue, et, de minute en minute, les rugissements se rapprochaient, renvoyés par l'écho des rochers. Au bout d'un long moment (oh! oui, qu'il était long! on n'en fait plus comme celui-là), voilà que je vois venir, à trois cents pas de nous, deux lionnes et trois lions, tous grands et forts comme père et mère. Le plus grand et le plus fort des cinq, un male celui-là, était en avant et regardait de tous c?tés comme pour chercher d'où venaient les cris de la lionne.

Enfin il nous vit.

Franchement, à ce moment-là, j'aurais mieux aimé que nous fussions, Pitou et moi, occupés à manger le rata dans la caserne avec les camarades. Oui, c'est plus s?r et moins trompeur.

Free to Download MoboReader
(← Keyboard shortcut) Previous Contents (Keyboard shortcut →)
 Novels To Read Online Free

Scan the QR code to download MoboReader app.

Back to Top

shares