MoboReader > Literature > Gabriel Lambert

   Chapter 7 No.7

Gabriel Lambert By Alexandre Dumas Characters: 10455

Updated: 2017-12-04 00:03


Ce octobre, 18....

Cette nuit j'ai été prévenu, à une heure du matin, qu'un duel devait avoir lieu entre monsieur Henry de Faverne et monsieur Olivier d'Hornoy, et que ce dernier me faisait prier de les accompagner sur le terrain.

Je me rendis chez lui à cinq heures précises.

A six heures nous étions allée de la Muette, lieu du rendez-vous.

A six heures un quart, monsieur Henry de Faverne tombait blessé d'un coup d'épée.

Je m'élan?ai aussit?t vers lui, tandis qu'Olivier et ses témoins remontaient en voiture et reprenaient le chemin de Paris; le blessé était évanoui.

Il était évident, en effet, que la blessure était sinon mortelle du moins des plus graves: la pointe du fer triangulaire entrait, du c?té droit et était sortie de plusieurs pouces du c?té gauche.

Je pratiquai à l'instant même une saignée.

J'avais recommandé au cocher de prendre, en revenant, l'avenue de Neuilly et les Champs-Elysées, d'abord parce que cette route était la plus courte, mais surtout parce que la voiture, pouvant rouler continuellement sur la terre, devait moins fatiguer le blessé.

En arrivant à la hauteur de l'Arc-de-Triomphe, monsieur de Faverne donna quelques signes de vie; sa main s'agita et, paraissant chercher le siége d'une douleur profonde, s'arrêta sur sa poitrine.

Deux ou trois soupirs étouffés, qui firent jaillir le sang par sa double plaie, s'échappèrent péniblement de sa bouche. Enfin il entr'ouvrit les yeux, regarda ses deux témoins; puis, fixant son regard sur moi, me reconnut, et, faisant un effort, murmura:

-Ah! c'est vous, docteur? Je vous en supplie, ne m'abandonnez pas; je me sens bien mal.

Puis, épuisé par cet effort, il referma les yeux, et une légère écume rougeatre vint humecter ses lèvres.

Il était évident que le poumon était offensé.

-Soyez tranquille, lui dis-je; vous êtes gravement blessé, il est vrai, mais la blessure n'est pas mortelle.

Il ne me répondit pas, n'ouvrit pas les yeux, mais je sentis qu'il me serrait faiblement la main avec laquelle je lui tatais le pouls.

Tant que la voiture roula sur la terre, tout alla bien; mais en arrivant à la place de la Révolution, le cocher fut obligé de prendre le pavé, et alors les soubresauts de la voiture parurent faire tant souffrir le malade, que je demandai à ses témoins si l'un d'eux ne demeurait pas dans le voisinage, afin d'épargner au blessé le chemin qui lui restait à faire jusqu'à la rue Taitbout.

Mais à cette demande que, malgré son insensibilité apparente, monsieur de Faverne entendit, il s'écria:

-Non, non, chez moi!

Convaincu que l'impatience morale ne pouvait qu'ajouter au danger physique, j'abandonnai donc ma première idée, et laissai le cocher continuer sa route.

Après dix minutes d'angoisses, et pendant lesquelles je voyais à chaque cahot se contracter douloureusement la figure du blessé, nous arrivames rue Taitbout, n° 11.

Monsieur de Faverne demeurait au premier.

Un des témoins monta prévenir les domestiques, afin qu'ils vinssent nous aider à transporter leur ma?tre: deux laquais en livrée éclatante et galonnée sur toutes les coutures descendirent.

J'ai l'habitude de juger les hommes noti seulement par eux-mêmes, mais encore par ceux qui les entourent; j'examinai donc ces deux valets: ni l'un ni l'autre ne montra le moindre intérêt au blessé.

Il était évident qu'ils étaient au service de monsieur de Faverne depuis peu de temps, et que ce service ne leur avait inspiré pour leur ma?tre aucune sympathie.

Nous traversames une suite d'appartemens qui me parurent somptueusement meublés, mais que je ne pus examiner en détail; et nous arrivames à la chambre à coucher; le lit était encore défait, comme l'avait laissé son ma?tre.

Le long de la tenture, du c?té du chevet, à la portée de la main, étaient deux pistolets et un poignard turc.

Nous étend?mes le blessé sur son lit, les deux domestiques et moi, car les témoins, jugeant leur présence inutile, étaient déjà partis.

Voyant que la blessure ne voulait pas saigner davantage, j'opérai alors le pansement.

Le pansement fini, le blessé lit signe aux valets de se retirer, et nous restames seuls.

Malgré le peu d'intérêt que j'avais pris jusque-là à monsieur de Faverne, pour lequel j'éprouvai alors je ne sais quelle répulsion, l'isolement où j'allais le laisser m'attrista.

Je regardai autour de moi, fixant particulièrement mes yeux sur les portes, et m'attendant toujours à voir entrer quelqu'un, mais mon attente fut trompée.

Cependant je ne pouvais rester plus longtemps près de lui, mes occupations journalières m'appelaient: il était sept heures et demie, et à huit heures je devais être à la Charité.

-N'avez-vous donc personne pour vous soigner? lui demandai-je.

-Personne, répondit-il d'une voix sourde.

-Vous n'avez pas un père, une mère, un parent?

-Personne.

-Une ma?tresse?

Il secoua la tête en soupirant, et il me sembla qu'il murmura le nom de Louise, mais ce nom resta si inarticulé que je demeurai dans le doute.

-Je ne puis pourtant pas vous abandonner ainsi, repris-je.

-Envoyez-moi une garde, balbutia le blessé, et dites-lui que je la paierai bien.

Je me levai pour le quitter.

-Vous vous en allez déjà

?... me dit-il.

-Il le faut, j'ai mes malades; si c'étaient des riches, peut-être aurais-je le droit de les faire attendre; mais ce sont des pauvres, je dois être exact.

-Vous reviendrez dans la journée, n'est-ce pas.

-Oui, si vous le désirez.

-Certainement, docteur, et le plus t?t possible, n'est-ce pas?

-Le plus t?t possible.

-Vous me le promettez?

-Je vous le promets.

-Allez donc!

Je fis deux pas vers la porte, le blessé fit un mouvement comme pour me retenir et ouvrir la bouche:

-Que désirez-vous? lui demandai-je.

Il laissa retomber sa tête sur son oreiller sans me répondre.

Je me rapprochai de lui.

-Dites, continuai-je, et s'il est en mon pouvoir de vous rendre un service quelconque, je vous le rendrai.

Il parut prendre une résolution.

-Vous m'avez dit que la blessure n'était pas mortelle?

-Je vous l'ai dit.

-Pouvez-vous m'en répondre?

-Je le crois; mais cependant, si vous avez quelque arrangement à prendre....

-C'est-à-dire, n'est-ce pas, que d'un moment à l'autre je puis mourir?

Et il devint plus pale qu'il n'était, et une sueur froide perla à la racine de ses cheveux.

-Je vous ai dit que la blessure n'était pas mortelle, mais en même temps je vous ai dit qu'elle était grave.

-Monsieur, je puis avoir confiance en votre parole, n'est-ce pas?

-Il ne faut rien demander à ceux dont on doute....

-Non, non, je ne doute pas de vous. Tenez, ajouta-t-il en me présentant une clef qu'il détacha d'une cha?ne pendue à son col; ouvrez avec cette clef le tiroir de ce secrétaire.

Je fis ce qu'il demandait; il se souleva sur le coude; tout ce qui lui restait de vie semblait s'être concentré dans ses yeux.

-Vous voyez un portefeuille? dit-il.

-Le voici.

-Il est plein de papiers de famille qui n'intéressent que moi; docteur, faites-moi le serment que, si je mourais, vous jetteriez ce portefeuille au feu.

-Je vous le promets.

-Sans les lire?

-Il est fermé à clef.

-Oh! une serrure de portefeuille est si facile à ouvrir....

Je laissai retomber le portefeuille.

Quoique la phrase f?t insultante, elle m'avait inspiré plus de dégo?t que de colère.

Le malade vit qu'il m'avait blessé.

-Pardon, me dit-il, cent fois pardon; mais c'est le séjour des colonies qui m'a rendu défiant. Là-bas on ne sait jamais à qui l'on parle. Pardon, reprenez ce portefeuille, et promettez-moi de le br?ler si je meurs.

-Pour la seconde lois, je vous le promets.

-Merci.

-Est-ce tout?

-N'y a-t-il pas dans le même tiroir plusieurs billets de banque?

-Oui, deux de mille, trois de cinq cents.

-Soyez assez bon pour me les donner, docteur.

Je pris les cinq billets et les lui remis, il les froissa dans sa main, et en fit une boule ronde qu'il poussa sous son oreiller.

-Merci, dit-il, épuisé par l'effort qu'il venait de faire....

Puis, se laissant aller sur son traversin:-Ah! docteur, murmura-t-il, je crois que je meurs! Docteur, sauvez-moi, et ces cinq billets de banque sont à vous, le double, le triple s'il le faut. Ah!...

J'allai à lui, il était évanoui de nouveau.

Je sonnai un laquais, tout en faisant respirer au blessé un flacon de sels anglais.

Au bout de quelques instans, je sentis au mouvement de son pouls qu'il revenait à lui.

-Allons, murmura-t-il, ce n'est pas encore pour cette fois; puis entr'ouvrant les yeux et me regardant: Merci, docteur, de ne pas m'avoir abandonné, dit-il.

-Cependant, repris-je, il faut enfin que je vous quitte.

-Oui, mais revenez au plus t?t.

-A midi je serai ici.

-Et d'ici là, croyez-vous qu'il y ait quelque danger?

-Je ne crois pas; si le fer avait touché quelque organe essentiel vous seriez mort à présent.

-Et vous m'envoyez une garde?

-A l'instant même; en l'attendant votre domestique peut ne pas vous quitter.

-Sans doute, dit le laquais, je puis rester près de mon sieur.

-Non, non! s'écria le blessé, allez près de votre camarade; je désire dormir, et en restant là vous m'en empêcheriez.

Le laquais sortit.

-Ce n'est pas prudent de rester seul, lui dis-je.

-N'est-il pas bien plus imprudent encore, me reprit-il, de rester avec un dr?le qui peut m'assassiner pour me voler? Le trou est tout fait, ajouta-t-il à voix basse; et en introduisant une épée dans la blessure, on peut trouver le c?ur que mon adversaire a manqué.

Je frémis à l'idée qui avait traversé l'esprit de cet homme; qu'était-il donc lui-même pour qu'il lui vint de pareilles idées?

-Non, ajouta-t-il, non, au contraire, enfermez-moi; prenez la clef, donnez-la à la garde, et recommandez-lui de ne me quitter ni jour ni nuit; c'est une honnête femme, n'est-ce pas?

-J'en réponds.

-Eh bien! allez; au revoir ... à midi.

-A midi.

Je sortis; et, suivant ses instructions, je l'enfermai.

-A double tour, cria-t-il, à double tour!

Je donnai un autre tour de clef.

-Merci, dit-il d'une voix affaiblie.

Je m'éloignai.

-Votre ma?tre veut dormir, dis-je aux laquais qui riaient dans l'antichambre; et comme il craint que vous n'entriez chez lui sans être appelés, il m'a remis cette clef pour la garde qui va venir.

Les laquais échangèrent un regard singulier, mais ne répondirent rien.

* * *

(← Keyboard shortcut) Previous Contents (Keyboard shortcut →)
 Novels To Read Online Free

Scan the QR code to download MoboReader app.

Back to Top

shares